De la renommée de Tillinac

Je sais : “De mortuis nihil nisi bonum  ” Des morts : on ne doit rien dire sinon du bien.  . Cette maxime est  valable pour des temps civilisés, ce que  notre temps n’ est plus. Denis Tillinac était un réactionnaire, chantre de la droite éternelle, nous répète   t on.   Joie plume, beau tempérament qui a célébré la tradition , la terre de France et notre civilisation. Il y a vingt ans, je suis allée le voir pour qu’ il republie des oeuvres de La Varende qui étaient au catalogue de la Table Ronde qu’ il dirigeait. Je travaillais alors au quotidien Présent avec Jean Madiran qui connaissait son La Varende par coeur. L’entretien dura à peine 5 minutes, il me fut asséné ” Vous vivez dans un ghetto Madame. “et les oeuvres du grand écrivain de droite dorment encore dans la maison d’édition.

Le cercueil disparait sous les articles admiratifs . Le grand peintre Pierre Yves Trémois est mort au mois d’Aout , il n’eut l’honneur dans le même Figaro que d’un modeste texte. Pourquoi tant d’honneur pour une oeuvre finalement très modeste ? Parce que c’était un ami de Chirac, l’ancien coco, et qu’ il a craché sur le Front National alors dangereux, de toutes ses petites forces !

Anne Brassié

Ce contenu a été publié dans marre a bout bout de ficelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *