Un homme écrit aux gamines qui revendiquent le droit de porter la minijupe en classe

Je vous partage ce texte trouvé sur le site Benoît et moi : 

Avec un sens des priorités qui ne cessera jamais de m’étonner, alors que nous ne sommes pas sortis du gigantesque chambardement planétaire du coronavirus (et je ne parle pas de l’aspect purement sanitaire) les médias se sont rués sur la « petite phrase » – nul doute qu’elle entrera dans l’histoire! – du ministre de l’éducation, Jean-Louis Blanquer qui a appelé les lycéennes à s’habiller « de façon républicaine » (*). Saillie absurde, dont on déplore qu’elle détourne l’attention de la relative sagesse des propos. L’autre sujet d’étonnement est que le mouvement « spontané » des lycéennes a son exact jumeau de l’autre côté des Alpes, et sans doute ailleurs, au même moment. QUI tire les ficelles?
Voici à ce sujet une lettre ouverte savoureuse à une lycéenne romaine, parue hier sur la NBQ. C’est un homme qui l’écrit, et il met sans fausse pudeur les points sur les « i »

(*) Il devrait accorder son violon avec son impayable consœur Marlene Schiappa…

Mini et féminité: lettre ouverte à une élève du [lycée] Socrate [de Rome]

Lettre à une lycéenne imaginaire

Andrea Cionci
La NBQ
21 septembre 2020
Ma traduction

Chère Martina,

Je sais que ce n’est pas entièrement de ta faute, malheureusement l’école a été dévastée par 50 ans d’idées sens-dessus-dessous sur l’éducation.

Mais comme je pourrais être ton père, je te livre une réflexion, laïque, rationnelle, sans hypocrisie. Ta polémique sur la liberté de porter une mini-jupe à l’école va à l’encontre de tes intérêts. Si tu es intelligente, dresse tes antennes pour entendre quelque chose qui pourrait t’être utile :

  • Tu vas à l’école pour apprendre et non pour t’exprimer, tout comme on va au travail pour travailler. As-tu déjà vu une femme médecin, avocate, banquière qui se rend au travail habillée de façon inappropriée? [hélas cela arrive…. ndt]. Alors pourquoi faudrait-il que tu le fasses à l’école? Te mettrais-tu en tailleur pour faire du sport? Chaque contexte a sa propre tenue. Ta mini-jupe et tes tenues légères, tu peux sans problème les réserver pour l’après-midi, quand tu vas manger une glace avec des amis ou le soir quand tu vas en discothèque.
  • Avec toute l’éducation sexuelle, qu’elle soit traditionnelle ou genrée, qu’on vous fait, tu n’as pas encore saisi un détail ? Nous sommes tous nés à cause d’une excitation masculine qui est produite non pas par un calcul mathématique ou une commande rationnelle, mais par des sollicitations physiques et VISUELLES. De telles sollicitations, puisqu’elles sont liées à de puissantes forces naturelles, ont le pouvoir de distraire grandement les hommes, qu’ils soient tes camarades de classe ou tes professeurs. S’amuser à les provoquer, c’est comme manger du chocolat devant des personnes au régime, ou fumer devant des personnes qui viennent d’arrêter. Une impolitesse inutile. Tu ne peux pas non plus commander aux gens où regarder. Ta liberté de t’habiller s’arrête là où commence la liberté d’une autre personne de ne pas être sexuellement sollicitée dans un contexte d’étude ou de travail.
  • Les enseignants sont des gens diplômés, dont beaucoup se mettent en quatre pour votre éducation et vous préparer à la vie. Comme tu peux l’imaginer, ils accomplissent une tâche très délicate pour votre avenir. Je ne pense pas qu’il soit très intelligent d’affecter la qualité de leur service en les distrayant par un désordre actif (bavardage, chaos, désordre) ou passif, comme dans le cas de vêtements succincts.
  • Il y a aussi un discours de respect de ta féminité. Si tu veux faire comprendre au monde que la femme n’est pas un objet, alors pourquoi étaler la « marchandise » ? A cause de la chaleur ? Non. Évidemment pour te faire admirer. Ce n’est pas grave, au nom du ciel, mais si les gens te regardent et ne pensent pas d’abord à ton intelligence, à ta culture, à ta préparation, ne te plains pas, pour les raisons mentionnées ci-dessus.
  • Ensuite, il y a un discours de sécurité. Comme tu le sais, nous vivons dans un monde rempli de gens peu recommandables, qu’ils soient nationaux ou importés. Le fait que tu puisses provoquer un porc dégoûtant ne l’absout absolument pas, ni ne doit lui donner la moindre circonstance atténuante, mais augmente simplement le risque pour toi. Si tu portes une montre en or à 3 heures du matin dans le Bronx et que tu te la fais voler, personne ne songerait à dire : « Eh, mais le voleur a été provoqué, c’est l’occasion qui fait le larron ». Un crime doit être puni comme tel, point final. Mais cela n’enlève rien au fait que tu as été imprudente et que tu t’es exposée à un vilain risque.
  • Enfin, si, comme c’est normal à ton âge, tu veux être séduisante et charmante, je suppose que tu souhaites attirer un « bon » type et pas un animal. Le meilleur symptôme du fait que tu es une femme de valeur, c’est de charmer les hommes non pas qui répondent à une envie physique grossière, mais qui sont conquis par ton visage, ta douceur, ton humour, ou toute autre belle qualité que tu as. Garder ta beauté physique secrète ne fera que renforcer les sentiments de l’homme qui tombe amoureux de toi de la bonne manière, qui te respecte et qui t’aime.
  • Méfie-toi des idéologies insensées des adultes qui ont ravagé notre société par leurs non-valeurs. Envoie-les au diable. Regarde ce qu’ils ont produit, partout, avec leur fausse conception de la liberté : seulement de la saleté, de la corruption, du désordre et du crime. Le meilleur symptôme du fait que tu es une femme de valeur, capable de rivaliser sur un pied d’égalité avec les hommes, vient de ta capacité à te contrôler, à te respecter et à te valoriser. Combats contre le laisser-aller partout, la pollution n’est pas seulement celle du plastique dans la mer : la saleté est partout, dans l’esprit des gens, dans la culture, sur Internet. Donne l’exemple.
  • Ce n’est pas de la pudibonderie-macho-facho, non. C’est un discours rationnel qui traite du monde réel.

Après, tu fais comme tu l’entends.

Je t’embrasse

Ce contenu a été publié dans marre a bout bout de ficelle, Retour au réel, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *