Camus avait déjà compris

Albert CamusDès 1957, dans une lettre à Jean Grenier, Albert Camus écrivait ceci:

“A longue échéance, tous les continents (jaune, noir et bistre) basculeront sur la vielle Europe.

Ils sont des centaines et des centaines de millions. Ils ont  faim et ils n’ont pas peur de mourir. Nous, nous ne savons plus ni mourir, ni tuer. Il faudrait prêcher, mais l’Europe ne croit à rienAlors, il faut attendre l’an mille ou un miracle.

Ce contenu a été publié dans A propos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *