Perles de Culture n°265 – “L’ombre de Staline” et des livres pour notre jeunesse

Un seul grand film, “L’ombre de Staline”, d’une réalisatrice polonaise, ou comment on réalise un miracle économique industriel en volant le blé des Ukrainiens et en faisant périr de faim des millions de paysans.

Puis Anne-Laure Blanc nous présente sa toute nouvelle collection de livres pour la jeunesse :
– Athéna, la déesse aux mille facettes (qui a un fichu caractère),
– Brennos, le sanglier de Condate,
– Les 12 travaux d’Hercule,
– Je découvre et je colorie… Les costumes traditionnels européens (Petite merveille d’élégance !)

Nouvelle Librairie Éditions

Publié dans Les émissions d'Anne Brassié, TV Libertes | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Perles de Culture n°264 – Du bon usage des tweets

Pierre Lours, auteur du roman “La révolte des silencieux” et collaborateur de Polémia, nous réjouit chaque jour de ses tweets incisifs sur Madame Obono et son refus de la vérité historique, sur le sens à donner à ce Covid-19 de malheur et bien d’autres “facéties” du moment. Sa devise : passer outre !

Publié dans Les émissions d'Anne Brassié | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Perles de Culture n°263 : Oui les animaux ont un rôle ! avec Mauricette Vial-Andru

Je reçois Mauricette Vial-Andru qui raconte aux petits comme aux grands, le rôle et la valeur symbolique des mammifères, des oiseaux, des reptiles et des insectes dans la Bible. Son ouvrage “La Bibles et les animaux” est publié aux éditions Saint Jude.

Publié dans Les émissions d'Anne Brassié, TV Libertes | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Une heure de vérités avec Alain Escada et Anne Brassié sur le nouveau ministre de la Culture ,Roseline Bachelot

Enregistrée cette été et parue sur Média Presse Infos, cette heure avec Alain Escada sur le désastre culturel qui s’ajoute aux autres désastres. Rassurez-vous, nous en sourions. Il nous reste à admirer et à rire de ce qui n’est en rien admirable.

Publié dans Agenda | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

A Dieu à un grand artiste , Pierre-Yves Trémois

Les Empreintes de l’Amour

Pierre-Yves Trémois

Publié dans Agenda | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Sur les écrans L’ombre de Staline

Il faut aller voir ce beau film pour la vérité de son sujet, le génocide des ukrainiens dans les années 30 par Staline qui affama  la population en réquisitionnant tout le blé du pays. Un jeune conseiller de Lloyd George part à Moscou pour interroger Staline comme il a interrogé Hitler. Il veut comprendre d’ou vient l’argent du miracle économique soviétique . Ce film est donc un hommage à un héros oublié, Gareth Jones. Le communisme étant toujours bien vivant notamment à la tête de l’OMS ce film est nécessaire. Il faut aussi aller voir ce film pour la beauté des images de la réalisatrice polonaise, Agnesca Holland. Ne pas y emmener d’enfants trop jeunes, certaines scênes sont dures.

Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Lire en été

La miséricorde. Jean Raspail. ed Les équateurs.

Le premier livre sur cette liste est bien sûr le dernier inédit de Jean Raspail, La Miséricorde. Livre commencé il y a des décennies, Jean le laissa inachevé mais le message est bien là, la miséricorde existe n ‘en déplaise à certains. “Que l’on y croit ou pas, Dieu est Dieu, le Roi est le Roi”

Frederic Rouvillois . Les fidèles. Ed Pierre Guillaume de Roux

Un très sérieux professeur de droit écrit de temps à autre des romans. Le dernier raconte la fête de Saint Fiacre au château du même nom au cours de laquelle s’affrontent les descendants du comte, les uns voulant vendre la belle demeure et son parc, les autres refusant. Dialogues excellents , inspirés de conversations comme nous en avons tous entendues qui se résument à cette phrase idiote: “Il faut vivre avec son temps.” Encore faudrait il qu’ il soit vivable .

Odile Almes       Avis de tempête  et  Ombres sur Versailles.Editions -Pantheon

Un roman et des nouvelles écrit par une agrégée de lettres classiques pleine d’humour. Maints détails sont vécus, ses expérience de professeur comme ses voyages .. Ses pages débordent de littérature, que ce soient des pastiches ou sa propre voix et de voyages. On se régale aussi de son humour.

Théâtre complet de Brasillach. éditions   Pardes.

3 pièces de Robert Brasillach, Domrémy, La Reine de Césarée et l’adaptation scénique du procès de Jeanne d’Arc que Régine Pernoud aimait beaucoup. Des pièces  lumineuses à l’image du poète.

Mauricette Vial Andru. La Bible et les animaux. Ed Saint Jude.

Dernier ouvrage de Mauricette , après ses vies de saints qui sont une merveille, ce livre explique la symbolique de la présence d’animaux. Pourquoi Saint Antoine est représenté avec un porc le suivant. Très joliment illustré par Roselyne Lesueur, il plaira à tous, petits et grands.

 

Philippe Colin Olivier . Qui a tué le maire de Paris ? Pierre Guillaume de Roux.

5 parisiens , chacun de leur coté, élaborent un projet pour éliminer le maire de Paris. Peinture hilarante qui défoule agréablement le pauvre automobiliste ou le pauvre commerçant parisien qui n’en peut plus .

Drieu La Rochelle . Thierry Bouclier . Qui suis je ? Pardes. Biographie de l’écrivain rédigée de main de maître par un esprit juste. La vie de Drieu a été aussi sinistre que son époque. Textes brillants et prémonitoires….

Rouge et jaune  pour le Hussard  . Ed Auda Isarn. Thierry Bouclier . Un autre juriste et biographe sérieux qui écrit des romans . Apres l’excellent Dernier des Occupants, cette intrigue policière se dévore .Entre Bordeaux et le Cap Ferré .

Erick Audouard. Penser l’Apocalypse avec René Girard et Leonardo Castellani.

Apres une anthologie de textes de Castellani, ce jésuite argentin génial et radical, préfacé par lui , l’auteur nous offre une réflexion de haut niveau avec ces 2 philosophes.

Métamorphoses de la ville. De Romulus à Le Corbusier. Pierre Le Vigan. La Barque d’Or.

Recueil d’articles d’un urbaniste qui sait distinguer une belle ville d’une ville nouvelle.

Rémi Dusseil. Le chevalier au cygne. ed Adalbart

Apres une trilogie de chansons de gestes prenantes, Berthe au grand pieds, Rolandin et Les enfances de Charlemagne, aux Belles Lettres. Remi nous offre un conte médiéval qui ressemble un peu au conte d’Andersen , Les cygnes sauvages. Les jeunes ont été enthousiasmés, les grands aussi. Belles illustrations

 

 

En attendant l’Apocalypse. Chroniques Radio actives.  Charles Henri d’Elloy. Ed Godefroy de Bouillon.

Chroniques pleines d’humour sur le vilain temps, rédigées par un civilisé.

150 explications d’un médecin de terrain. Vous accompagner pour mieux vous soigner. Dr Gerard Leborgne. Dauphin éditions.

Ses conseils vous changeront la vie, vous rendront la santé et le moral !

C’est Roger ! Entretiens avec Roger Holeindre. Arnaud Menu. ed Synthèse Nationale

Ce fut un grand français, résistant des ses 15 ans, engagé volontaire en Indochine et en Algérie, fondateur de camps scouts pour les jeunes musulmans . Vous trouverez dans ce livre des  informations ignorés des médias car il fallait que ce fut un salaud d’extreme droite mais, je me répète, des mensonges accumulés ne font pas une vérité !

Chronique d’une pandémie. Le gouvernement de la peur. Jean Michel Vernochet. Le retour aux sources. 

Récit très informé de cette mise au pas mondiale avec ses  petits traffics et sa grande manipulation.  Ses signes avant coureurs aussi qui avaient bien annoncé la couleur en 2019 . Récit d’un civilisé conscient des attaques de hors la loi , plein d’humour et de culture. Préfacé par une certaine Anne Brassié

Martin Peltier.  La révolution arc en ciel en marche. DIE.

Chroniques ironiques d’un monde en délire extrêmement documentées.

« Il n’y a pas de crise, il n’y a pas d’hyper-libéralisme, l’homme ne provoque aucune catastrophe climatique, il n’existe ni déclin naturel de l’occident, ni évolution inéluctable des moeurs, ni migrations mondiales dues aux guerres, au climat, ou à la pression démographique.

Il y a une révolution mondiale, totale et totalitaire, menée par des cols blancs qui utilisent les méthodes douces et sont sûrs de travailler au bien de l’humanité.

Une révolution des Bernard l’Hermite, qui laisse debout les apparences du monde ancien pour les accommoder à l’homme nouveau qu’elle crée : le grand remplacement en est un détail important.

Une révolution progressive, dialectique, menée par tous les moyens de l’ingénierie sociale, toutes les ressources de la propagande.

Son drapeau est l’arc-en-ciel, son but notre mort.

 

 

Jacques Boncompain,  Je brûlerai ma gloire (Muller Editions),

Il révèle à partir d’archives inédites, le véritable engagement du maréchal Pétain car les mensonges répétés à l’envie ne font jamais une vérité. Travail de découvertes d’archives extraordinaire.

 

 Pour le meilleur et pour le pire. La vie tumultueuse d’Anna Gould et Boni de Castellane. Laure Hillerin. Flammarion.

Cette biographe d’une grande finesse nous avait raconté la vie de la Comtesse Greffulhe. Elle conte ici celle de Boni de Castellane ,le célèbre maître d’oeuvre du Palais rose, avenue Foch. Ayant épousé la richissime héritière américaine il put donner libre cours à son goût de la beauté et rester un aristocrate d’une grande élégance luttant contre les républicains de son temps et élevant ses fils de fort noble manière.

Jean des Cars . Dictionnaire amoureux des monarchies; Plon Perrin. 26 monarchies existent encore. Ces rois ou ces reines  règnent sur 580 millions d’hommes et de femmes. L’auteur nous les décrit avec amitié et vérité.” L’avenir d’une tradition est le contraire de l’immobilisme.  Celle ci est en perpétuelle adaptation pour mieux rendre hommage à l’Histoire.”

 

Pour nos enfants et petits enfants de 8 à 12 ans

Tetras Lire  : la plus jolie revue intelligente et magnifiquement illustrée , des petits textes de grands auteurs, des quizz sur ces textes, des idées de travaux pratiques, de délicieuses recettes . Ce mois ci , Zoo, les fabulistes et les leçon des animaux. editions Alba Verba 20 quai Fulchiron 69005 Lyon . editions@albaverba.fr

Publié dans Les émissions d'Anne Brassié | Laisser un commentaire

Une belle plume rend hommage à une grande plume

Romain Guerin est l’auteur d’un très beau livre,Le Journal d’Anne France. (éditions Altitude ou sur internet.)Je l’avais fait lire à Jean Raspail et il s’ensuivit une belle amitié d’écrivain.

 

Le Grand Duc d’Europe est mort ! Dans mon coeur, c’est Notre-Dame qui brûle une seconde fois. Un Raspail s’éteint, mille racailles s’éveillent. C’est encore et encore du talent, du panache, de la noblesse, bref de la France en chair et en os qui quitte notre monde sans retour.

Dans je ne sais quel torchon cosmopolite, je lis qu’il avait les sourcils
« broussailleux », alors qu’à cet endroit de son visage de spadassin, il n’y a ni broussailles, ni même de sourcils, mais deux petites ailes qui portent ses deux yeux océans alourdis par les infinies étendues que cet esprit d’exception envisage avec sagesse.Tout ça n’est finalement, une fois de plus, qu’une histoire de taille : les lilliputiens ne voient des géants que les pieds. Rappelons utilement cette évidence : Jean Raspail était beau. Majestueux même, comme l’est justement le Grand Duc qui voit dans la nuit. Son regard était un phare qui dispensait sa lumière bleue dans l’obscurité épaisse d’un siècle éteint. Bleue ciel et bleue glace aussi.

L’auteur de « Septentrion » n’étaient pas un vendeur de rêve à la petite semaine, ni un catastrophiste qui n’écrit que pour divertir de son confort coupable le bourgeois désoeuvré. C’était un alpiniste de la pensée, il s’adressait à ses semblables depuis les cimes où règnent les neiges éternelles, c’est pourquoi ses livres peuvent sembler froids et même, faire froid dans le dos. Froids comme la vérité. Si tous les morts ont la même odeur, les vivants, eux, n’ont pas tous le même parfum. Quand d’autres puent la honte et transpirent la trahison, Jean Raspail, lui, durant toute sa vie, par sa simple présence, a répandu l’haleine divine et impérissable de la France sur ses contemporains. C’était un veilleur de nuit. Une sentinelle dans la tempête. Il était le dépositaire de la culture européenne. À lui seul, sur la banquise du grand Nord, il aurait pu enfanter une civilisation toute entière.

Ses œuvres ont fait de lui un auteur classique de son vivant. Il a reçu tous les prix et tous les honneurs possibles pour un écrivain. Mais « Le camp des saints » et son acharnement homérique à défendre ses idées enracinées contre vents et marées, ont changé le grand écrivain en légende. Vous savez ce genre d’homme qui sert de moule pour les statues. Ces statues que les barbares déboulonnent dans nos rues vides d’autochtones, comme ces vauriens haineux, sans charme et sans génie, qui détruisent les châteaux de sable des autres enfants. L’ancestrale violence imbécile du cancre.

Le refus des « Immortels » de le faire académicien est finalement son plus grand honneur, sa plus belle médaille de combattant pour la France. Soyons sérieux. Vous l’auriez vu vous, cette gueule d’empereur, siéger à côté d’Alain Finkielkraut ? Ce maoïste repenti et repeint en conservateur pour qui « la France mérite notre haine ». Qui est ce « nous » d’ailleurs ? Enfin bref, ce n’est ici pas notre sujet.

Qui a été Jean Raspail pour moi ? Pour être tout à fait franc, j’ai découvert l’homme et l’oeuvre sur le tard. C’est pourquoi, je laisse à d’autres lecteurs plus avertis le soin de faire l’exégèse et l’apologie de ses livres, et que je m’en vais vous faire part d’une anecdote qui témoignera de la grandeur d’âme de cet immense monsieur. Un an après la parution de mon roman « Le Journal d’Anne-France », caché par un amas de prospectus et de factures, je découvre stupéfait dans ma boîte aux lettres une missive du consul général de Patagonie. La main tremblante, je déchire maladroitement l’enveloppe. Il m’appelait « mon ami ». Tout ce qui monte converge, dit-on. C’est l’intimité des hauteurs en quelque sorte. La feuille était noircie au recto et au verso d’une écriture de moine copiste luttant contre la fatigue et la souffrance. Le papier était léger comme une plume pourtant j’avais beaucoup de mal à le tenir. Mes jambes tremblaient sous son poids et j’étais effrayé à l’idée de le faire tomber comme s’il pouvait se briser en mille morceaux. Il était lourd comme un grimoire, lourd comme une Bible. L’ultime représentant du royaume d’Orélie-Antoine Premier me faisait l’honneur de s’adresser à moi, le valeureux sans-grade, pour me faire part de sa lecture de mon roman en ces termes : « Ce livre est le plus grand bonheur de lecture que j’ai eu depuis longtemps.

Des larmes ont souvent coulé, notamment ces extraordinaires passages de la fin où le fils interroge sa mère : sublime. Je n’ai plus la force de vous en faire ici un commentaire dont les mots m’ont échappé, l’intelligence admirable du récit, sa profondeur, la beauté des sentiments, les questions majeurs qui se posent. Je lis mais avec mes lèvres, témoins silencieux devant (j’ose le mot) ce chef-d’oeuvre. Dieu a du vous injecter des doses d’inspiration. Il m’a fait le coup autrefois. J’ai prêté votre livre à un ami, qui l’a prêté à un autre, et le livre ne m’est pas encore revenu, mais mon téléphone sonne souvent ; l’admiration et la sidération sont générales. »

Je me suis battu et je me bats toujours pour faire lire « Le Journal d’Anne-France » à des personnes susceptibles par leur goût et leur position de l’apprécier et de le faire connaître, la plupart du temps, en vain. À croire que les barons de banlieues et les petits marquis ont des pudeurs que le Roi lui n’a pas. Cher Jean, cher ami, sachez de là-haut qu’il ne se passe pas un jour sans que je repense à votre lettre, à ce geste élégant et noble – signature des êtres supérieurs – dont vous ne pouvez pas ignorer l’effet formidable qu’il a produit sur moi, puisque c’est pour cela que vous l’avez fait. Votre plume bienveillante et paternelle s’est posée sur mon crâne tourmenté comme une épée, et si mon statut social lui n’a pas bougé, mon âme, elle, a été adoubé pour toujours.

Cher Jean, vous m’avez invité un jour à partager un whisky chez vous. Je n’ai pas pu m’y rendre. Je le regrette amèrement aujourd’hui. Mais si face à l’éternité, la vie humaine n’est qu’un battement de paupière, ce n’est donc pas adieu que je dois vous dire et je ne dois pas pleurer. Je dois, bien au contraire, me réjouir et vous dire : « Mon ami, à tout de suite ! »

Le Grand Duc d’Europe est mort. Dans mon coeur, c’est Notre-Dame qui brûle une seconde fois. Un Raspail s’éteint, mille racailles s’éveillent. C’est encore et encore du talent, du panache, de la noblesse, bref de la France en chair et en os qui quitte notre monde sans retour.

Publié dans Agenda, marre a bout bout de ficelle | Laisser un commentaire

Mon pays me fait mal

Publié sur L’Incorrect ce bel article de Jacques de Guillebon, son rédacteur en chef

Mon pays me fait mal, a-t-on envie de crier, mais ce serait citer un grand poète qui écrivait dans de mauvaises circonstances. Mon pays me fait quand même très mal, même si je ne peux pas l’écrire comme ça : mon pays, notre pays, la France, dont on se demande comment elle a pu en arriver là, à subir telle humiliation générale

 

J’ai honte et tous les Français, j’en suis sûr, avec moi quand l’imbécile patenté qui nous sert de ministre de l’Intérieur met symboliquement un genou en terre devant la criminelle famille Traoré. Car il n’y a pas de doute que cette famille soit intrinsèquement criminelle, petite entreprise mafieuse du coin dont, que l’on sache, aucun membre ne s’est jamais excusé publiquement pour les méfaits, crimes et délits commis de façon répétée et systématique par les autres. Cette famille peut être, par exception, globalement accusée, puisqu’elle fait bloc derrière son mort, comme un clan soudé. Soudé comme victime de la « violence policière », soudé donc aussi comme délinquant. Au vrai, cette famille qui, en sus d’emmerder ses voisins, de racketter et de violenter, insulte la France chaque jour
mériterait d’être expulsée immédiatement vers son paradis sans racisme, sans méchants policiers et sans allocs. À moins qu’elle fasse repentance, publique et immédiate.

Or , nous n’avons nullement l intention, nous autres français, de devenir esclaves de qui que ce soit.Nous autres francs et catholiques,si nous avons aboli moins trois fois l’esclavage(dans l’empire romain, dans nos îles et dans le monde arable) au cours de notre histoire, ce n’est pas pour en devenir à notre tour l’objet..

Faisant cela, M. Castaner touche le pouvoir au coeur, en lui déniant l’emploi de la violence légitime. On a commencé par délester l’Église de sa puissance morale, puis on a ôté au maître d’école son autorité, il est affreusement logique qu’on retire aujourd’hui au policier sa matraque : on ne sait jamais, il risquerait de faire mal à quelqu’un. Demain, comme faisaient les traîtres communistes pendant la guerre d’Indochine, on enverra à nos soldats de Barkhane des grenades sabotées, des fusils à fleur et des bombes à eau. On ne sait jamais, ils pourraient blesser quelqu’un avec leurs armes. Puis, comme d’habitude, le recours à la violence sera le seul fait du syndicat du crime, des mafias locales, des gangs rapaces. Le Français deviendra une race d’esclaves.

J’ai honte de ces Français honteux. J’ai honte de ce que l’on a fait de nous. Et plus loin que les pathétiques messieurs Macron ou Castaner, j’ai honte de nous tous qui avons accepté cela, car, comme Éric Zemmour l’a ramassé en une formule, derrière chaque idiotie de Castaner il y a Julien Dray. Honte que depuis quarante ou cinquante ans, nous ayons avalé infantilement la becquée de l’antiracisme, de l’anticolonialisme et de la culpabilité collective. Au fond, la seule erreur du conservateur est d’avoir un passé, et de l’avoir voulu connaître et poursuivre. Les peuples sans passé seront condamnés à gagner demain, puisqu’il ne peuvent faire l’objet de reproche.Mes aïeux Surcouf dont des crétins atterrants veulent déboulonner les statues, ont certes été des négriers d’occasion, puisqu’ils vendaient tout ce qui leur tombait sous la main. Mais leur gloire ne vient pas de là : leur gloire vient de leur art de la guerre, des défaites sublimes qu’ils ont infligées à l’Anglais, sur les pontons de qui ils ont d’ailleurs mangé le pain d’angoisse, leur gloire vient de leur contribution à la plus grande France, leur gloire vient des rêves qu’ils ont donnés aux petits garçons pour mille ans. Mais qui sait si ce n’est pas la famille Traoré qui leur a vendu des esclaves ? Hélas, elle n’a pas assez d’état-civil pour remonter jusque là. Alors que moi si. C’est donc ma famille, mon pays qui ont fait l’histoire, et qui ayant donné à tous les Traoré du monde un état-civil, une langue, une maison, des vêtements, une conscience politique, des allocations, devront payer pour cela. C’est un meurtre du père. Car le « blanc » est le père de tous. Et à ce titre il devra mourir.Peut-être, on verra bien. Mais pour ma part, ce ne sera pas sans combattre. Et ce sera sans honte. Et dans l’honneur des hommes debout, monsieur Castaner.
Par Jacques de Guillebon

Publié dans marre a bout bout de ficelle | Laisser un commentaire

Jean Raspail et les gratte papiers

Je maintiendrai

Peu de gratte papiers contemporains se sont donnés la peine de comprendre notre grand écrivain, Jean Raspail.

Il commença sa longue vie en voyageant, en canot sur les chemins d’eau du Roi, depuis le Quebec jusqu’au Mississipi. Puis en voiture de l’Alaska à la Terre de Feu. Il vécut aussi un certain temps au Japon et en Amérique latine puis il revint tel Ulysses en son petit Liré et découvrit que son peuple souffrait des mêmes maux que tous les peuples ou tribus rencontrés au loin , envahis ou déplacés , perdant leur joie de vivre et se réfugiant dans les rêves de leur ancienne vie. Levi Strauss de notre temps, il revint avec deux certitudes , le sacré , Dieu ou les dieux pour certains et le Roi sont essentiels à la vie des hommes . De même les rites exigés par Dieu et le Roi structurent un peuple et l’aident à marcher droit. Ainsi peut on comprendre son admiration pour le scoutisme ,le devoir de servir et d’aimer. Gros scandale pour les gratte papiers. La lutte des classes ou celle des races, très peu pour lui. Il y a de grands hommes partout.

Quand il écrit Le Camp des saints, certains traitent le roman de sulfureux. Mais ces gens qui, voyant un volcan en éruption , disent tranquillement qu’ il est éteint, n’avaient pas rencontré autant de victimes de famines, d’invasions successives ou de déportations que notre écrivain .”Je suis pour la défense des minorités et nous devenons une minorité.” Si ce roman a tant plu c’est que le réel en était le héros. Les créateurs ne font pas des colliers de nuages mais des tableaux des champs et des bois, des princes et des paysans.

Assistant impuissant à l’endormissement de sa patrie, il s’inventa le rôle de consul général de Patagonie dont un français, Antoine de Tounens était devenu roi durant six semaines au 19 ème siècle. Et des milliers d’hommes et de femmes qui voulaient échapper à la laideur, au mensonge et à la soumission entrèrent dans son jeu.

Il inventa aussi une grande famille, les Pikkendorff, véritable élite européenne au sens prononcé de l’honneur , dont chaque héros suit d’abord ses propres pas. » Des êtres « Sire de Soi » disent les normands de Jean de La Varende.  

Remercions le d’avoir réveillé le peuple de France en commémorant sur la place de la Concorde le bicentenaire de la mort de Louis XVI . Remercions le d’avoir rappelé, dans Sire, le sac de la nécropole royale de la basilique Saint Denis par les vandales des premiers temps républicains.

Remercions le pour son dernier livre offert, La miséricorde , si actuel par son thème , le retour à Dieu d’un prêtre criminel.

Remercions le enfin d’avoir , chaque matin, pensé si fort : « Je maintiendrai »  que ses milliers de lecteurs émergent d’un lourd désespoir  et entrevoient à l’horizon une lueur d’espoir.

« Fidèle à ma patrie je le serai

Tous les jours de ma vie je servirai » chantent les jeunes scouts.

Cela ennuie les gratte papiers mais derrière notre Jean nous passerons outre.

Anne Brassié

Vice consul des Oursinières

Publié dans Chroniques Inactuelles | Laisser un commentaire

Les actualités de Jeanne

La statue de Jeanne réalisée par Boris Lejeune est achevée. Merci à tous les donateurs. Nous avons été assez nombreux pour qu’ elle puisse prendre le chemin de Saint Petersbourg.

Ci dessous un beau texte de Drieu La Rochelle dont la vérité nous a frappée :

Ces oscillations du destin de la France la montrent entre -liée à toute l’Europe, tirant vie de l ‘Europe et lui rendant vie, si l’Europe lui laisse l’ usage de sa personne. Les vertus de Jeanne sont avant tout les vertus du peuple.Il faut remarquer que les vertus du peuple n’entrent en scène qu’ après la défaillance totale des vertus de l’élite.”

Extrait de la biographie de Drieu par Thierry Bouclier chez Pardes

Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Les légendes de l’histoire sur Dreuz-info

Dans quelques jours sera commémoré avec éclat, sans aucun doute, par Emmanuel Macron, devenu subitement « gaulliste », « L’appel du 18 juin 1940 » qui n’est cependant qu’un leurre devenu «historique».

Il ne s’agit pas du tout du texte écrit le 18 juin par De Gaulle mais celui corrigé et diffusé le 22 juin.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

C’est pour cette raison que cette phrase, qui débute son discours du 18 juin : « Un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude » est un «faux» puisqu’elle a été rajoutée le 22 juin.

Rajoutée pourquoi ? Dans le but de faire croire aux Français que De Gaulle avait volontairement «fui» à Londres avec l’objectif bien déterminé d’organiser la résistance contre l’envahisseur alors qu’il était en Angleterre sans aucune possibilité matérielle de quitter ce pays et de revenir en France.

Cette modification est totalement occultée, on n’en retrouve aucune trace, ni dans les textes remis à la presse ni dans les «Mémoires» de De Gaulle.

C’est un «faux» appel qui est célébré chaque année à cette date.

**Cela est confirmé par l’historien François Delpla. Il affirme qu’il n’existe aucun enregistrement de l’appel du 18 juin. Son dossier officiel sur ce sujet est déposé à l’UNESCO.

Les archives de la BBC sont également formelles. Elles ne laissent aucun doute sur la date réelle du 22 juin.

Il ne sera lu par les Français, qui n’ont pas fui l’avance allemande, que sur les affiches placardées en août 1940, plusieurs semaines plus tard.

Pourquoi un tel imbroglio ? Le gouvernement anglais était, le 18 juin, toujours en négociations avec le gouvernement français et ne souhaitait en aucun cas froisser le maréchal Pétain.

Le «général» De Gaulle fut purement et simplement interdit d’antenne pendant trois jours, jusqu’au 22 juin.

C’est donc ce texte remanié, enregistré et diffusé le 22 juin qui est l’authentique «appel».

Aucun chef militaire des trois armées, même pas les quelques officiers qui avaient été sous son commandement, aucun homme politique, aucun diplomate n’y a répondu. De Gaulle se trouve à Londres totalement isolé et sans mission officielle.

Sa stratégie a parfaitement fonctionné puisque, grâce à son opportunisme, il est devenu l’homme providentiel qui a organisé la résistance extérieure de la France contre l’envahisseur.

Le 16 juin, de retour de Londres, où il s’était rendu en mission sur ordre du gouvernement Reynaud, De Gaulle rejoint Bordeaux, nouveau siège de repli du Gouvernement Français.

Paul Reynaud vient de démissionner et Philippe Pétain est appelé pour le remplacer.

Le général « à titre temporaire » (1)  espère beaucoup de la constitution de la nouvelle équipe gouvernementale, pour le moins qu’il soit reconduit à son poste de sous-secrétaire d’Etat mais pourquoi pas un ministère plus important compte tenu de ce qu’il croit être ses bonnes relations avec le Maréchal Pétain.

Le général «à titre temporaire» écrit à Paul Reynaud une lettre dans laquelle il lui exprime son désarroi de ne pas être retenu dans le prochain gouvernement. Il lui demande un poste, il souhaite avoir «quelque chose», que l’on fasse au moins de lui le chef du corps cuirassé.

Il n’est pas entendu. Infiniment déçu, et après maintes hésitations, De Gaulle, accompagné par son aide de camp Geoffroy Chodron de Courcel, repart le soir même vers la capitale britannique sur le «De Havilland Flamingo».

Dans l’avion qui le ramène vers Londres il est accompagné par le général Edward Louis Spears, envoyé spécial de Winston Churchill, qui souhaitait surtout les venues de Paul Reynaud et Georges Mandel, mais Spears n’a pas réussi à les convaincre.

De Gaulle qui n’était pas attendu déclare à Spears : « C’est bon, ils ne veulent pas de moi ! Dans ces conditions je fous le camp à Londres ».

Il s’agit là d’un point très important car si De Gaulle s’était vu confier un poste ministériel, ou même sa reconduction comme sous-secrétaire d’État, il serait resté à Bordeaux et aurait fait partie du premier gouvernement Pétain.

Quelle aurait été sa véritable conduite dans la suite des évènements ? Cela nous ne le saurons jamais.

Bien des années plus tard, en 1967, il se confiera à Roger Stéphane : « Et pourquoi ne pas l’avouer, il y avait l’ambition, j’étais un ambitieux politique et il y a eu la rencontre de la circonstance et de l’ambition. »

Dès le 22 juin de cette même année 1940, le général Weygand annule la promotion temporaire au grade de général de brigade et met le «Colonel De Gaulle» à la retraite d’office.

(Journal Officiel de la République Française page 4470)

« Ministère de la Défense Nationale et de la Guerre. État-Major Général. Par décision ministérielle du 22 juin 1940, la promotion au grade de Général de Brigade à titre temporaire de M. le colonel d’infanterie breveté de Gaulle (Charles, André, Joseph, Marie) est annulée. » «Infanterie – Admission à la retraite – Armée active. Par décret en date du 23 juin 1940, M. le colonel d’Infanterie breveté d’état-major de Gaulle (Charles, André, Joseph, Marie) est admis d’office à la retraite par mesure de discipline ».

Rappelons qu’à cette date du 22 juin 1940, la France était encore sous le régime de la IIIe République, présidée par Albert Lebrun. Ce n’est que le 10 juillet 1940 que le vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain, à une écrasante majorité, met fin à la IIIe République.

Il ne s’agit donc pas d’un texte issu du régime de Vichy ni de l’État français dont tous les actes ont été déclarés nuls après la libération.

(Lire « J’accuse De Gaulle »- édition 2016 – par Manuel Gomez)

Le gouvernement français lui ordonne de rentrer en France, « sous peine d’être jugé comme déserteur ».

De Gaulle écrit au général Weygand, chef des Armées, le 20 juin 1940 : « Mon général, j’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune résolution que de servir en combattant » (Mémoires de guerre – 1954).

Il est important de signaler que le 16 juin l’armistice n’est pas encore signé, que donc la France est toujours en guerre et que la fuite de De Gaulle est une « désertion face à l’ennemi en temps de guerre », acte pour lequel des dizaines de soldats ont été fusillés.

Depuis 1958 cette lettre est supprimée, occultée, par tous les historiens officiels du gaullisme qui nous livrent donc une histoire de France revue et corrigée.

Si de Gaulle avait pu se procurer un moyen de transport, que les autorités britanniques lui ont refusé, il serait revenu à Bordeaux.

Et c’en était fini de Londres et de son faux « appel du 18 juin ».

(1)- Le 1er juin 1940 De Gaulle est nommé général de Brigade à titre temporaire. Il m’a été impossible, de me procurer le décret qui a nommé De Gaulle dans ses droits de général de brigade à titre définitif : À quelle date et par qui a-t-il été signé ? C’est le mystère total. Le ministère des Armées étant dans l’incapacité de fournir ce renseignement pourtant capital que j’ai réclamé il y a quelques années. Et comme par hasard le dossier militaire de De Gaulle a disparu au Ministère de la Guerre à la libération de Paris, en 1944.

(« J’accuse De Gaulle »- édition 2016 –  par Manuel Gomez)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

APPEL 18 JUIN 04 06 2020

Publié dans marre a bout bout de ficelle | Laisser un commentaire

Plus rien à dire ?

Publié dans Agenda | Laisser un commentaire

Nouvelle interessante dans la lettre de Michel Dogna

LA RÉVOLTE ITALIENNE CONTRE L’OMS
En Italie, le vrai remède contre le Covid-19 a été trouvé.
C’est en désobéissant à la loi sanitaire mondiale de l’OMS de ne pas pratiquer d’autopsie sur les morts du Coronavirus que les médecins italiens ont découvert que ce n’est PAS LE VIRUS mais une BACTÉRIE qui cause la mort. Celle-ci provoque une dissémination de caillots dans le sang entraînant des thromboses, voire la mort par embolie cardiaque ou cérébrale.
Il est clair en résumé que :
  • Les régions les plus touchées par le virus et la bactérie sont celles qui sont déjà dotées de l’installation intensive de la 5G et où les gens sont les plus vaccinés (fragilisation des défenses immunitaires générales).
  • La seule bonne façon de la combattre et guérir immédiatement cette pathologie, est avec des antibiotiques, des anti-inflammatoires et surtout des anticoagulants telle la simple ASPIRINE…
  • Selon les pathologistes italiens :  les unités de soins intensifs et les respirateurs n’ont jamais été nécessaires.
  • Ce remède simple, les Chinois le connaissaient déjà et ne l’ont pas signalé…
  • L’Italie rejette définitivement ce que l’OMS a appelé pandémie mondiale, ceci en vue d’encaisser un jackpot pharaonique avec le faux vaccin qui devrait transformer les humains en semi robots et esclaves consentants.
Source : Ministère de la santé de l’ITALIE.
IL FAUT QUE LE MONDE ENTIER COMPRENNE
QUE NOUS AVONS ÉTÉ TROMPÉS
ET QUE BEAUCOUP DE NOS AÎNÉS ONT ÉTÉ TUÉS
PAR OBÉISSANCE A DES RÈGLEMENTS CRIMINELS
OU CARRÉMENT EUTHANASIES SANS CONSENTEMENT
Nous avons été noyés par tellement d’infos et de contre infos, de commentaires obscurs et de décrets officiels alarmants, qu’il était difficile de faire le point réel de la situation.
Mais en prenant suffisamment d’altitude pour simplifier à l’extrême ce qui avait été rendu si compliqué, TOUT DEVIENT LIMPIDE, ON NOUS A MENTI DE A à Z.
Transmettez cette information à toute votre famille, votre voisinage, vos connaissances, vos amis, vos collègues, vos collaborateurs… etc. etc. et à votre environnement en général.
En Italie, ils se sont assis sur le protocole de l’OMS ils ont fait l’autopsie d’un cadavre qui est mort à cause de Covid-19… ils ont disséqué le corps, ils ont ouvert les bras et les jambes et les autres parties du corps et ils se sont rendu compte que les veines étaient dilatées et le sang coagulé et que toutes les veines et artères étaient pleines de caillots, empêchant le sang de circuler normalement et d’apporter de l’oxygène à tous les organes, principalement au cerveau, au cœur et aux poumons et voilà pourquoi le patient a fini par mourir.
Ayant pris connaissance de ce constat, le Ministère italien de la santé a immédiatement modifié les protocoles de traitement du Covid-19… et a commencé à faire administrer de l’aspirine et de l’Apranax à tous les testés positifs…
Le résultat : les patients ont commencé à se rétablir immédiatement, et le ministère de la santé a renvoyé plus de 14 000 patients chez eux en une seule journée.
Maintenant l’OMS devra être poursuivie dans le monde entier pour avoir entrainé tant de morts et l’effondrement des économies de nombreux pays dans le monde… on comprend maintenant pourquoi ils ont donné l’ordre d’INCINÉRER ou d’enterrer les corps immédiatement sans faire d’autopsie, en les étiquetant comme hautement polluants…
Il est entre nos mains d’apporter la vérité aux gens pour sauver de nombreuses vies… Diffusez ce message sur tous les réseaux de toute urgence !!!
Transmettez cette information à toute votre famille, votre voisinage, vos connaissances, vos amis, vos collègues, vos collaborateurs…etc. etc.
Ceux qui pensent que ceci est une fake news
 et qui n’ont ni l’envie ni le courage de vérifier,
 tant pis pour eux et leur entourage !
Publié dans A propos | Laisser un commentaire

Des prières pour le repos de l’âme du Docteur Dor

La famille du Docteur Dor propose de dire un rosaire ou tout autre prière pour le repos de son âme, 4O jours après son rappel à Dieu, le 4 Avril.

 

 

Publié dans Agenda | Un commentaire