Mercredi 4 novembre : Saint Charles Borromée

Daignez, Seigneur, garder continuellement votre Église sous la protection de saint Charles, votre Pontife et Confesseur ; et comme sa sollicitude pastorale l’a rendu glorieux, que son intercession nous obtienne d’être toujours fervents dans votre amour.  oraison de la Messe de saint Charles Borromée

 Saint Charles Borromée fut un saint marquant du 16°siècle, et son œuvre influence encore notre époque !

Il naquit en 1538 dans une grande famille de Milan.

Son oncle, le Pape Pie IV en fit un cardinal à 23 ans et bientôt l’évêque de Milan.

Bien loin de s’affadir au contact des honneurs, il se dévoua sans compter à sa nouvelle charge.

A son arrivée Milan était un diocèse bien tiède, mais il voulut le réformer selon les directives du Concile de Trente (qu’il avait fortement influencé…).

Il le reprit en main en multipliant notamment les écoles catéchétiques pour former les fidèles (St Charles est patron des œuvres catéchétiques), en fondant un séminaire (c’était la première fois que cela se faisait) et en travaillant à la sainteté des prêtres.
En plus de cela, saint Charles donnait à tous l’exemple d’une vie mortifiée habitée aussi de l’amour des pauvres et des malades (il soigna lui-même de nombreux lépreux au péril de sa vie).

Il mourut à Milan le 3 novembre 1580, âgé de 47 ans…

 Saint Charles a été exemplaire pour ceux dont il avait la charge… et nous-mêmes, avons nous ce même souci d’être exemplaire, là où la Providence nous a placé ?

Prenons pour chacun de nous ce quelques lignes vigoureuses que saint Charles adressait aux prêtres :

Craignons que le Juge irrité ne nous dise : Si vous étiez les éclaireurs de mon Église, pourquoi donc fermiez-vous les yeux ? Si vous vous prétendiez les pasteurs du troupeau, pourquoi l’avez-vous laissé s’égarer ? Sel de la terre, vous vous êtes affadis. Lumière du monde, ceux qui étaient assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort n’ont point vu vos rayons. Vous étiez Apôtres ; mais qui donc éprouva votre vigueur apostolique, vous qui jamais n’avez rien fait que pour complaire aux hommes ? Vous étiez la bouche du Seigneur, et l’avez rendue muette. Si votre excuse doit être que le fardeau dépassait vos forces, pourquoi fut-il l’objet de vos menées ambitieuses ?

 Pratique : Nous prierons, comme St Charles le fait certainement dans le ciel, pour avoir des prêtres, des saints prêtres.

Ce contenu a été publié dans A propos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *