Notre Dame, le calvaire continue

Lu dans Présent, le 10 Avril sous la plume de Françoise Monestier :

“..Le calvaire continue, un an après, la pandémie du coronavirus ayant arrêté les travaux et le démontage de l’échafaudage qui étaient déjà entravés par le zèle et l’acharnement d’une inspectrice du travail et d’un ingénieur de la sécurité empêchant les équipes d’accomplir leurs tâches.

Des contrôles draconiens

Après une première interruption des travaux, l’été dernier et la mise en place d’un dispositif de protection au plomb, le chantier n’a cessé de prendre du retard, au grand dam des entreprises engagées dans le combat pour le sauvetage de ce symbole de la foi chrétienne au coeur d’un pays déraciné et directement menacé par la progression de l’islamisme.

” On ne nous fait pas confiance, on nous harcèle…”confessent ces cordistes, tailleurs de pierre ou échafaudeurs dont les patrons appartiennent au groupement des entreprises de restauration des Monuments historiques et pour lesquels châteaux églises et autres cathédrales n’ont pas de secrets. Et tous de s’alarmer des ajournements répétés qui mettent en péril l’édifice alors qu’ il était impératif de démonter avant le début de l’hiver l’échafaudage incendié. Le général Georgelin lui même , grand mamitou de ces travaux et qui terrorise les équipes au travail par ses coups de gueule répétés, assurait, voici plus de deux mois, que la cathédrale ” n’était pas encore sauvée” et qu’ un écroulement fatal pourrait se produire.

Le couple infernal

La lenteur des travaux, le contrôle excessif sur ces compagnons dont certains, excédés par une telle sujétion ont pris la poudre d’escampette, sont dus finalement à deux personnes excessivement zélées.

La première, Francoise Rambaud , femme de gauche  poche du syndicaliste  Gérard Filoche exclu du PS en 2017 pour son trotskisme rampant, est inspecteur du travail. Veiller à ce que le Code du travail soit respecté sur le chantier. Rien que de très  normal, sauf que, en l’espèce, elle guette le moindre faux pas lors de ses inspections, exaspérant les ouvriers qui, se sentant épiés commettent ainsi d’inévitables maladresses.

Le second, Frédéric Mateus, proche de la CFDT, prévient ls risques professionnels pour le compte de la Caisse régionale d’assurance maladie d’ILe de France  et multiplie les recommandations au nom de cette dernière . Les deux personnages sont connus pour leur absence de dialogue et leur opposition à trouver des solutions. Ce qui désole ceux qui ont choisi de se battre pour gagner la bataille, mais qui ne suscite aucune réaction de la part du général auquel Macron a confié Notre Dame.

Sus au plomb

Déshabillage complet , enfilage de sous vêtements jetables, d’une combinaison spéciale et d’un masque ventilé,  douches obligatoires à chaque entrée et sortie du site,  manger et aller aux toilettes est interdit, sont autant de contraintes qui attendent chaque jour les compagnons. Le code du travail consacre certes un chapitre spécifique à l’exposition des travailleurs au plomb mais les mesures de précaution imposées concernent généralement des espaces fermés et non un chantier ouvert comme Notre Dame. En 2018 , Muriel Pénicaud, Agnes Buzin et Françoise Nyssen avaient travaillé sur un guide des bonnes pratiques relatives au plomb sur les chantiers patrimoniaux. Hélas tout ce travail est resté à l’état de projet . Une occasion en or pour le tandem Rambaud Matteus qui , avec une joie maligne, multiplie toutes les entraves possibles et inimaginables. Et ne parlons pas d’installation d’ascenseurs obligatoires- quand les échafaudages excèdent plus de 13 m de hauteur- qui a fait perdre un temps considérable. Tout comme d’ailleurs la réfection de tous les garde corps auxquels il manquait 4 malheureux centimètres pour être conforme à la réglementation du actuelle ! Ni les bâtisseurs du Moyen Âge , ni Viollet Le Duc n’étaient au courant. “

Ces informations sont clairs , les travaux sont freinés à l’extrême et au bout d’un an nous n’avons aucun retour sur l’enquête criminelle, aucune publication d’analyse des poutres calcinés. Bizarre , bizarre  et surtout infiniment triste .

Ce contenu a été publié dans marre a bout bout de ficelle. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *