Seconde lettre ouverte à Mgr 23 et petit conseil

Eminence, Hier soir j’étais en Notre-Dame de Paris pour remercier Benoît XVI de son magistral Pontificat de presque huit ans. Permettez-moi les quelques critiques ci-dessous, émises par un simple laïc de base mais qui reflètent l’esprit d’une grande majorité de Franciliens et même des Catholiques en France. Tout d’abord le positif, pour lequel nous vous remercions et nous vous félicitons :

  1. Bravo d’avoir pris l’initiative de cette messe à Notre-Dame de Paris pour remercier le Pape.

  2. Merci pour l’organisation impeccable de cette liturgie, qui était empreinte d’émotion.

  3. Merci pour la chorale et pour les beaux chants en particulier le final : le Magnificat de Mendelssohn,

  4. Merci pour l’idée de la litanie des Saints et pour le choix de ceux cités dans cette litanie.

  5. Merci d’avoir remis un rideau bleu roi derrière la statue de la Vierge à l’Enfant, mais vous avez oublié de remettre les fleurs de lys d’or qui l’ont orné durant des siècles et qui honorent sa virginité et tous les rois qui l’ont prié durant plus de 600 ans en votre Cathédrale.

Viennent ensuite les critiques pour le négatif :

  1. Tout d’abord l’usage de la langue française : au cœur de Paris, à Notre-Dame, au cœur même de la France, à l’occasion d’une messe célébrée pour un membre de l’Académie Française, ne savez-vous pas que « standing ovation » se dit « ovation acathiste » en français ?

  2. Vous avez fait applaudir Benoît XVI, c’est dans une bonne intention et les applaudissements furent nourris. Mais Benoît XVI au début de son pontificat a justement demandé qu’on n’applaudisse plus dans les églises, à fortiori dans les cathédrales ! Ce n’est pas lui rendre hommage que de lui désobéir !

  3. Benoît XVI a demandé que lors des eucharisties, il y ait toujours un petit crucifix tourné vers le célébrant au centre de l’autel. Ce n’est pas lui rendre hommage que de lui désobéir !

  4. En 2004, la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, dans son Instruction « Redemptionis Sacramentum » en page 74 de l’édition Téqui, précise qu’il « revient au prêtre célébrant de donner la communion, avec, le cas échéant, l’aide des autres prêtres…. » Je ne crois pas vous avoir vu donner la communion, comme le fait le Pape lorsqu’il célèbre toute messe publique. Pourquoi avoir fait distribuer la communion par une majorité de diacres alors que vous regorgiez d’évêques et de prêtres ? C’est une grave infraction au magistère qui est très choquante pour nous les fidèles !

  5. Au cœur de la consécration pourquoi avoir redit cette inexactitude et traduction erronée « pour la multitude » alors que vous savez pertinemment que Benoît XVI a demandé que les célébrants disent : « pour beaucoup » Ce n’est pas lui rendre hommage que de lui désobéir !

Donc, en enfreignant les demandes du Magistère, vous vous êtes totalement contredit par rapport à votre homélie, certes belle et équilibrée mais aussi assez plate et convenue. En effet, vous avez remercié Benoît XVI pour tout ce qu’il a apporté à l’Eglise, et dans les faits, vous vous êtes complètement foutus de ses demandes, en tant que successeur de Pierre et lieutenant du Christ sur Terre ! Dans ce cas, Eminence, il faut en tirer les conséquences : étant fatigué, ayant la mémoire qui flanche, n’ayant pas su tirer la substantifique moelle du si riche enseignement Magistériel de Benoît XVI, il faut aller vous reposer comme le Pape, en démissionnant et non en renonçant à votre charge épiscopale. A la tête du premier diocèse et de la première province épiscopale de France, il nous faut un homme vigoureux, humble, et obéissant au Magistère de l’Eglise Universelle, ce que vous n’êtes pas aux yeux d’une très grande majorité de Catholiques. Par avance merci pour ce geste qui serait le bienvenu. Je vous prie d’agréer, Eminence l’expression de mes respectueux et très cordiaux sentiments.

Jean-Jacques Naulait

Ce contenu a été publié dans A propos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *