L’homme du peuple

Homme du peuple Après L’homme de fer et l’L’homme de pierre voici le troisième film de Wajda sur la Pologne soviétique . Remarquable portrait de Lech Valesa et de sa femme, de leurs combats et de leurs angoisses. Oriana Fallaci, cette journaliste italienne qui a écrit La rage et l’orgueil, pamphlet prémonitoire contre l’Islam, vient interroger l’électricien syndicaliste. On revient donc en arrière avec des films d’époque sur les premières grèves en 70 réprimées dans le sang et les arrestations, celles de 80 qui ont connu le succès que l’on sait et le prix Nobel que sa femme ira recevoir à sa place. Elle subira une fouille au corps à son passage à la douane, au retour comme Serge de Beketch interrogé par la justice française dans les années 90 !
Pourquoi Valesa devient le seul leader, pourquoi résiste t il? Parce qu’il est en colère depuis tout petit et parce qu’il a la foi. Il est aussi le plus déterminé car il est le plus souvent sûr de réussir même si la peur l’étreint plus d’une fois quand il laisse sa femme et ses 6 enfants. Beau portrait aussi de son épouse forte, intelligente elle aussi et pleine d’humour.
Beau film, profond et intelligent qui gêne tellement encore qu’il n’est programmé qu’en après midi et dans très peu de salles. Les anciens cocos polonais calomnient le cinéaste et Valesa qui auraient été de mèche avec le pouvoir….Insupportable ! mais habituel chez ces gens là….Le pire c’est que les bourgeois français gobent comme des mouches ces mensonges. Il faut aussi avoir vu Katyn, son film sur le massacre de 4500 officiers polonais par les soviétiques en 1941, disponible en vidéo. Il y a une humanité dans le regard de Wajda qui rend supportable les pires atrocités parce c’est un chrétien polonais .

Ce contenu a été publié dans Sur les écrans. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *