Nouvelle attaque de l’art financier dans une église romane du XII ème siècle

L’église d’Anzy le Duc menacée

vitrailL’église d’Anzy-le-Duc « Notre-Dame-de-l’Assomption » a été édifiée au début du XIIe siècle.

Elle est l’une des plus belles églises romanes du Brionnais ( Bourgogne du sud) par la qualité de son décor sculpté et par ses proportions harmonieuses. Son clocher octogonal visible de loin répond aux nombreux autres clochers romans des alentours.

Le vendredi 6 novembre 2015 s’est tenue une réunion publique pour annoncer le remplacement des vitraux de l’église. Le contenu de ce projet en route depuis trois ans ne fut révélé à la municipalité que très récemment… Un mécène souhaitant rester anonyme se propose d’investir dans la restauration de l’église. Pour la commune cette proposition peut paraître providentielle. Elle suggère donc la restauration des enduits et des fresques endommagés qui est nécessaire. Le mécène refuse et impose le remplacement de tous les vitraux sans exception y compris ceux du chœur restaurés dix ans plus tôt grâce à l’argent public.

Depuis le seuil de l’église le regard du visiteur se porte naturellement vers ce chœur illuminé à travers trois magnifiques vitraux. Celui du centre représente la sainte Croix, premier patronyme de l’église. Mais le mécène s’obstine et impose également Gérard Fromanger « artiste contemporain » déjà bien connu par son exposition dans le cloître des capucins de Landerneau désormais transformé en centre d’art contemporain … Bien que les maquettes proposées ne soient pas au goût de tous, une partie de l’assistance se laisse séduire par l’aspect financier, la gratuité des travaux et la renommée de Monsieur Fromanger.

Anzy-vitrail-ouest-IMG_0484Pourquoi le mécène tient-il tant à imposer à la hâte des travaux qui ne correspondent pas aux besoins émis par la municipalité ? Ne nous y trompons pas, ce projet n’est pas au service de l’église, c’est l’église qui sert les intérêt du projet.

La Croix du chœur devrait finir dans une caisse ou au mieux dans la crypte… A Anzy le Duc l’art financier fait la guerre au sacré. Nous sommes en présence d’une coalition visant à détruire notre enracinement à travers notre patrimoine et notre Foi. Pouvons- nous laisser la croix de Notre Seigneur cachée dans les catacombes alors qu’elle doit être dressée sur le monde ?

Elisabeth de Malleray et Stéphanie Bignon

Terre et Famille, novembre 2015

Ce contenu a été publié dans Agenda. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nouvelle attaque de l’art financier dans une église romane du XII ème siècle

  1. Bzs dit :

    Défendons notre patrimoine chrétien contre l enlaidissement programmé ! Chagall avait déjà ouvert cette voie ! Ça suffit ! Résistons contre l anti christianisme de ces faux artistes !

  2. Bzs dit :

    Très très heureux de constater que cette forfaiture n aura pas lieu. Grâce à Dieu, merci ! J étais content et ai poussé un ” ouf” de soulagement quand vous en avez parlé récemment sur radio courtoisie ( si je ne me trompe pas). Quand on résiste à ces gens-là qui veulent la destruction , ils partent mais il ne faut jamais leur donner l occasion de revenir pour qu ils puissent donner libre cours à leur idéologie , ici ou ailleurs. Les prières sont efficaces !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *