Le pape, un homme de parole.

La Voix du Nord nous prévient :”C’est le Vatican qui a sollicité Wim Wenders pour prouver en images combien ce pape élu en mars 2013 se révèle hors normes ” C’est la première fois en effet qu ‘on nous vend un pape comme on vend des baskets avec un film publicitaire. Le premier scandale nous est donné par la mise en parallèle avec Saint François d’Assise comme si au 12 ème le cantique des créatures, Loué sois tu mon Seigneur, par Soeur Lune et les étoiles” pouvait devenir un hymne à l’écologie. L’anachronisme est douteux.

Le second scandale ou la seconde tristesse c’est de voir cet homme répéter : ” les pauvres, les malades, les malheureux “comme s’il était le premier et sans rendre hommage à tous ces ordres caritatifs qui , depuis des siècles, tentent de leur venir en aide  On le voit dans sa papamobile se laisser acclamer  par les foules sans jamais les bénir… On ne le voit jamais à genoux,

Le titre lui même est tragique, Le pape , un homme de parole. Cette homélie promotionnelle (toujours la Voix du Nord) sent son discours dieutoutlemondiste comme le disait Volkoff. Nous sommes tous fils d’Abraham, nous avons tous le même Dieu et tous les comportements se valent. Qui suis je pour juger ?

En 1950 , dans sa grande encyclique doctrinale, Humani generis, Pie XII dénonçait avec vigueur un irénisme qui”sous les voiles de la vertu” et abusé “par un zèle imprudent des âmes ou une fausse science” prétend “laisser de côté tout ce qui devise” et “assimiler au dogme catholique tout ce qui plaît aux dissidents”. Cet irénisme qu’ il fustigeait n’est autre que le faux oecuménisme condamné par son prédécesseur, Pie XI, dans l’encyclique Mortalium animos, en 1928 .La dernière phrase de ce long soliloque s’achève par une citation de Saint Thomas Moor, dite en riant par le pape pour qui le plus important c’est le sourire et l’humour :”Donnez moi ,mon Dieu une bonne digestion et donnez moi quelque chose à  digérer .”

Nous , nous ne digérons pas du tout .

Ce contenu a été publié dans Agenda. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le pape, un homme de parole.

  1. Faux oecuménisme, en effet, fausse charité, fausse morale, fausse doctrine… c’est vrai, n’est-ce pas ? Le visionnage a dû vous être bien pénible, alors merci, Madame, de vous être dévouée !

  2. Pascal dit :

    C est un antipape , qui croit expédier les affaires courantes du Christianisme , but de Vatican d eux (2) pour transformer notre magnifique foî en une religion noachide et syncrétique . Il oublie et nous aussi , que la Tête ( d Or ) est representée par le Christ et le Cou par la TSV Marie donc l Esprit de Dieu est toujours present . Le dernier pape vraiment catholique fut Pie XII , apres le christianisme fut transformé en un humanisme qui sent fort le fin fond des loges . Même si les vapeurs de satan ne prévaudront pas au Vatican , elles s installent , pardon sont installées depuis Jean 0-23 et François , qui ne benit pas , en est le point d orgue. Mais comme le Saint Esprit , le Christ, Dieu et Notre Mere à tous sont immuablement là , l Église restera toujours visible , seuls les hommes retournés par le diable font du mal , nous blessent , blasphèment mais la partie la plus importante reste saine. L Église est malade , la barque tangue, prend l eau mais le Christ aura tôt fait de redresser la barre.

  3. nicolas dit :

    Ce pape a ete ensensé par beaucoup de fideles à son election ,je pense qu’actuellement les gens deviennent dubitatifs à son egard .Pour moi j’avoue ne pas comprendre la ligne directrice de son ponficat ,la connait il lui meme ,a t il en effet un projet pastoral .Il tient parfois des propos inutiles .Combien je regrette benois 16 qui a certainement fait beaucoup plus de choses importantes pendant son court pontificat que le pape Francois .Les gens ne se rappellent de lui que pour avoir leve les excommunications de la FFSPX et regulariser la messe tridentine .Mais beaucoup oublient que c’est lui qui a ouvert les dossiers de la pedophilie au sein de l’eglise , il l’a fait avec de la discretion certes mais de maniere intelligente. Il a également commencé la réforme de la curie ,mais je pense que c’etait au dessus de ces forces .J’ai entendu dire que François ne se rendrait pas à thibbirine pour l’anniversaire du meurtre des moines bravo !!!! quelle reconnaissance ,je ne cherche pas à savoir qui a initie ce crime le GIAD ou le gouvernement .En conclusion je trouve ce pape quelque peu “brouillon” alors qu’il faudrait à l’eglise actuelle un phare ,un porte étendart .

  4. A l’affiche : Le Pape François : Un homme de parole, de Wim Wenders, avec… le Pape François.

    « Et Dieu, dans tout ça ? »… C’est une question que Jacques Chancel avait posé à Georges Marchais, il y a tout juste quarante ans…
    Et c’est la question qui m’est venue à l’esprit durant toute la projection du film.

    Mais d’abord, étonnons-nous de ce deuxième film sur ce pontificat, toujours en cours, du Pape François, élu il y a seulement cinq ans en 2013. Nous avons déjà vu, effectivement, en 2016 un biopic intitulé La Pape François, réalisé par Beda Docampo Feijôo et Eduardo Giana qui présentait le Cardinal Bergoglio et les conclaves de 2005 et 2013.
    N’y a-t-il pas une petite contradiction entre cet homme de Dieu qui affiche l’humilité de St François d’Assise, et qui se met ainsi en scène par deux fois de façon quelque peu hagiographique ?
    Est-ce le même Pape qui refuse les chaussures rouges aussi bien que les grosses voitures des défilés officiels, et qui fait dire en voix off qu’ « il fait bouger l’Église », dans ce film que l’on qualifie « sur commande » même s’il n’est pas financé par le Vatican ?
    Difficile donc de distinguer le vrai visage de François de celui que veulent lui donner les différents réalisateurs… J’ai en tête le « Je cherche le visage, le visage (…) » que l’on chante maintenant souvent dans les églises.

    Le Pape François : Un homme de parole… et effectivement durant tout ce documentaire , on écoute – on lit en VOST – la parole argentine de ce pape qui tantôt s’adresse directement à nous, tantôt discourt devant les foules sur tous les sujets, ou plus exactement sur les sujets sélectionnés par Wim Wenders… car les questions trop politiquement incorrectes ne sont évidemment pas abordées : rien par exemple sur le célibat des prêtres, et quand le film aborde la « culture du déchet » il n’est rien dit des « déchets » d’embryons dans les poubelles des hôpitaux (plus de 210 000 IVG en France en 2017 !)
    Non, les sujets abordés sont évidemment la pauvreté et la misère, ils sont la paix, et je me demande si ce sont ceux qui disent « la paix, la paix… » comme d’autres disent « Seigneur, Seigneur… » qui entreront dans le Royaume des cieux…
    Bref un discours à la fois légitime et attendu, mais parfaitement bisounours, sans une véritable transcendance… encadré surtout des deux obsessions mondialistes que sont « l’accueil des migrants » et « sauver la planète ».
    L’accueil des migrants… Je conçois que le sujet soit délicat en regard de la vertu théologale de charité, mais le Pape ne dit rien du devoir d’aller « enseigner toutes les nations et les bénir au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit »… et au contraire il appelle nos peuples européens, de culture chrétienne à accepter, sans le dire, le Grand Remplacement et l’implantation de l’Islam dans nos pays de chrétienté. Il se félicite par exemple d’un dialogue avec un haut dignitaire musulman au cours duquel « aucun n’a essayé de convertir l’autre ». Le Christ n’est-il donc pas pour lui « Le Chemin, La Vérité et La vie » ?
    « Sauver la planète »… Nous n’entendons pas le Bon Pasteur qui veut sauver l’Homme du feu de l’enfer, mais le leader charismatique qui veut sauver la planète du réchauffement climatique, et la voix off précise que ce n’est pas par hasard si l’encyclique Laudato si’ est sortie quelques mois avant la COP 21. Le journaliste météorologiste Philippe Verdier, licencié depuis de France Télévision, nous avait prévenu dans son livre Climat Investigation : « Ban Ki-moon (alors Secrétaire général de l’ONU – ndlr) vint personnellement à Rome s’assurer que le Saint-Père allait publier son texte suffisamment tôt avant la Conférence de Paris », et Verdier ajoute : «certains passages (sont) copiés-collés de rapports onusiens ».

    Bref un discours convenu, souvent d’une grande platitude, dans lequel il y avait à boire et à manger ; mais rendons à François ce qui est à François puisqu’il conclut en citant St Thomas More qui demandait à Dieu la grâce d’une bonne digestion.
    Je partage donc avec lui son appel à l’humour et au sourire, comme celui que j’avais en entrant dans cette grande salle de cinéma (180 places) pleine apparemment de toute la paroisse du village où le film était à l’affiche en séance unique… j’ai alors cru qu’on allait nous demander de nous lever avant la projection pour réciter un Notre Père… Ce ne fut pas le cas mais quand même, à la fin de la séance, deux jeunes prêtres en clergymen étaient à la porte pour serrer les mains comme à la fin de la messe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *