Perles de Culture n°285 – Le destin exceptionnel d’Anne de Bretagne

Anne Brassié reçoit Eric Leclercq pour son ouvrage “Moi Anne de Bretagne – Le destin exceptionnel de celle qui fut deux fois reine de France” publié aux Editions Jourdan.

Eric Leclercq – Moi Anne de Bretagne, le destin exceptionnel de celle qui fut deux fois reine de France

Ce contenu a été publié dans Les émissions d'Anne Brassié, TV Libertes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Perles de Culture n°285 – Le destin exceptionnel d’Anne de Bretagne

  1. mélennec dit :

    LOUIS MELENNEC, historien de laBretagne, à ANNE BRASSIE,

    Je suis très sensible à votredédicace, et ne vous en remercierai jamais assez. Dans le monde dans lequel nous vivons, nous avons perdu le sens de ce que l’on désignait autrefois sous le nom de délicatesse. Ce mot a disparu du vocabulaire, en 1981. Tous mes compliments aussi à M.Eric Leclerc, qui a su résumer la vie de notre héroïne nationale dans des termes si justes, et si mérités.
    Oui, Anne de Bretagne fut une très grande dame, admirée comme telle de toute l’Europe. Mariée par procuration avec Maximilien, roi des Romains, en la cathédrale de Rennes, le 19 décembre 1491, fils de Frédéric III, empereur du Saint-Empire germanique, devenu lui-même empereur en 1508, elle n’a jamais été mariée, aux yeux de l’église, avec le roi de France Charles VIII. La mort de celui-ci, en avril 1498, fut saluée dans toute l’Europe comme une punition divine, pour avoir envahi et détruit les Etats de sa cousine, de même la mort de ses six enfants. Des religieux l’ont écrit, ils le pensaient sincèrement.
    Le mariage par procuration avec Maximilien était canoniquement valide, ce qu’admit toute l’Europe. Puis le pape Alexandre VI, qui rendit publique sa position en plein consistoire, allant jusqu’à dire que les enfants nés de cette union contraire aux lois de l’église étaient des bâtards. Ce qu’on n’a jamais enseigné en France, bien entendu ; surtout du temps du roi Charles VIII, car ceux qui auraient tenu de tels propos auraient vu sans tarder leur tête séparée de leur corps ! C’est aussi ma position de spécialiste du droit canonique du temps, et de plusieurs autres historiens comme Jean Favier, qui l’a écrit dans son livre sur Louis XI. J’ai exposé cette sinistre affaire en une cinquantaine de pages, dans un livre qui s’achève, sur la guerre d’invasion et de destruction de la Bretagne par la France, de 1487 à 1491. Je m’en suis entretenu avec des religieux éminents ….. dont un conseiller de sa Sainteté le pape. (Non, il ne s’agit pas de l’abbé de Tanouarn, quoique Breton convaincu (à ce qu’il m’a dit) !). Le mariage d’Anne de Bretagne fut forcé : en 1491, la France, après avoir tout détruit dans son pays, tout violé, tout volé, tout incendié, avait introduit 40 000 soldats enBretagne, les Bretons – très divisés, selon leurs réflexes millénaires, de se détruire eux-mêmes, qui est leur spécialité nationale -, ne pouvaient guère opposer à ces hordes de barbares, que quelques milliers d’hommes, mal armés et mal entrainés. Le nombre de traîtres que nous avons nourris dans nos propres rangs bretons est impressionnant. Parmi eux : le maréchal de Rieux, chef des armées bretonnes, tuteur de la duchesse (!!!!), et la comtesse de Chateaubriand, la propre gouvernante d’Anne de Bretagne ! Tous deux proches parents de la famille ducale ! Joli monde que ce monde là ! Vous voyez que nos temps modernes n’ont rien inventé, je ne fais pas seulement allusion à la ville de Nantes et aux 33 pour cent de notre PIB qui nous sont volés avec la perte de la Loire Atlantique, heureusement provisoire ! Les deux forbans que je viens de citer, revinrent s’incliner devant leur duchesse en 1490, après avoir combattu avec les Français contre leur pays pendant deux ans. Avec Alain d’Albret, personnage répugnant, que l’on voulut marier à la jeune duchesse de 12 ans, ils exigèrent chacun une somme phénoménale de 100 000 livres pour rentrer soit 300 000 livres au total, presque l’équivalent du budget annuel de laBretagne !!!!! De vrais patriotes, en somme. Personne ne sait qu’Albret a tenté de violer la petite duchesse, ce qui aurait ensuite rendu impossible la rupture de ce « mariage » ainsi consommé  ; j’ai réuni les preuves, indiscutables : même la cour du roi fut informée ; mais non les jeunes Bretons, castrés de leur histoire. (Albret était breton par sa mère !) J’ai beaucoup conféré sur notre bonne duchesse, y compris au Sénat (de la république française), je la connais si bien ! Un auditeur, une fois, m’a demandé :« Avez-vous été marié avec la Duchesse Anne ? » La salle a bien ri ; moi aussi ! C’était à la fin de la conférence ; j’avais remarqué qu’il avait ronflé pendant tout le temps que je parlais ; sa femme est venue s’excuser : comme son mari, elle était magistrat de la bonne république : je l’ai rassurée : l’histoire de la Bretagne n’est pas l’histoire de France, les motivations ne sont pas les mêmes. Et nous sommes restés en excellent termes ! Pour vous mettre en envie d’en savoir plus, surtout sur la capacité des Bretons de leur aptitude à s’auto-détruire, tapez sur ces deux liens  : vous allez être stupéfaits !

    http://blog-louis-melennec.fr/2014/07/31/1997-au-cours-dune-conference-historique-au-senat-un-breton-defiant-la-republique-violatrice-du-droit-des

    https://www.google.fr/search?hl=fr&sxsrf=ALeKk00ZqP5CmfMB0VMfMfR-U_qOJcMaEA%3A1613137380155&source=hp&ei=5IUmYObeBYrjUtChuPAJ&iflsig=AINFCbYAAA

    Et pour écouter et diffuser l’émission d’Anne Brassié :

    https://www.annebrassie.fr/perles-de-culture-n285-le-destin-exceptionnel-danne-de-bretagne
    A quoi il faut ajouter : LOUIS MELENNEC, BIOGRAPHIE NON SALOPEE PAR WIKIPEDIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *