Pourquoi les chocolats Ferrero ont ils une saveur particulière ?

Lu sur le blog d’Yves Daoudal

Michele Ferrero et la Doctrine Sociale de l’Eglise

“Tout le monde a parlé de la mort à 89 ans de Michele Ferrero, l’inventeur du Nutella, fondateur d’un empire comprenant aussi Ferrero Rocher, Mon Chéri, Kinder, Tic Tac, etc., pour un total de 8 milliards de chiffre d’affaire annuel, et qui de ce fait était l’entrepreneur le plus riche d’Italie.

Mais il est bon de rappeler aussi que Michele Ferrero, qui était d’une très grande discrétion (il disait que l’on ne devait apparaître que deux fois dans le journal : dans l’avis de naissance et le faire-part de décès), ns chacune des usines du groupe et il réunissait ses cadres à Lourdes. « C’est à la Madone que nous devons notre succès », leur répétait-il.était un fervent et généreux catholique, adepte résolu de la doctrine sociale de l’Eglise. Il voulait qu’il y ait une statue de la Sainte Vierge daferrero

Dans l’usine mère du groupe, à Albe, son lieu de naissance, dans le Piémont, depuis longtemps surnommée Nutellapoli, les salaires sont plus élevés que partout ailleurs en Italie, et dans la grande tradition chrétienne sociale l’entreprise finance la crèche ainsi que les activités sportives et culturelles organisées par les salariés, et naturellement il y a la mutuelle, dont on continue de bénéficier jusqu’à la mort quand on a été salarié pendant 30 ans dans l’entreprise.

« Ce n’est pas une entreprise mais une oasis de bonheur, disait l’an dernier Francesco Paolo Fulci, le président de Ferrero. En 70 ans, nous n’avons jamais connu un jour de grève. »

Et même les autres habitants d’Albe bénéficient de Ferrero : ils se branchent sur la centrale électrique de l’usine à un tarif défiant toute concurrence…

En 1983 Michele Ferrero avait créé, toujours à Albe, la Fondation qui porte son nom, dont le logo porte sa devise : « Travailler, Créer, Donner. » En 2005 il avait créé les Entreprises Sociales Ferrero, qui existent aujourd’hui en Inde, en Afrique du Sud et au Cameroun : de véritables entreprises fonctionnant comme les autres entreprises, mais conçues pour créer des emplois dans des zones défavorisées et s’engageant à financer des projets concernant la protection de la santé et l’éducation des enfants les plus pauvres.”

 

Ce contenu a été publié dans A propos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *