Thomas fonde l’Eglise en Chine

“Par Saint Thomas, l’idolâtrie s’est évanouie des Indes.Par Saint Thomas les Chinois et les Ethiopiens ont été convertis à la Vérité. Par Saint Thomas, le Royaume des cieux a volé et est venu aux Chinois.” Ce que nous apprend un bréviaire chaldéen, Pierre Perrier nous le prouve en décryptant une frise gravée dans la pierre sur la côte chinoise en l’an 70 après Jésus Christ, juste après la venue de Saint Thomas jusqu’aux extrémités de la terre comme le Seigneur le lui avait demandé. Une Vierge à l’enfant, une célébration de la Passion du Christ, un choeur d’hommes en deux groupes qui se répondent, l’apôtre lui même portant une croix pectorale tout révèle la marque des églises primitives orientales. Les Hébreux et les araméens ont emprunté la route de la soie et l’Empire du Milieu ne fut plus isolé du reste du monde. Il y eut un premier martyre, le prince Ying, et sur sur cette semence une église est née, influençant le taoisme.

Ce  genre de nouvelle est exceptionnel . Elle apporte aux chinois la preuve qu’ils ont été l’objet d’un amour paternel dès le début de la chrétienté. Elle porte l’espoir que la Chine accepte de se convertir complêtement  et elle  renforce la foi des européens soumise à plus d’une attaque mais qui voient là la preuve d’une si longue existence que les accidents contemporains lui paraîtront bénins…

Quand on pense que c’est le disciple qui doutait de la Résurrection qui a accompli un tel exploit on se dit que tout est possible même aux plus faibles d’entre nous.

Retrouvez Pierre Perrier sur le site Eecho , enjeu de l’étude du Christianisme des origines et vous saurez comment il suggère de transmettre l’Evangile oralement

Ce contenu a été publié dans Les émissions d'Anne Brassié. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Thomas fonde l’Eglise en Chine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *