Un bouquet empoisonné

 

 

En 2016 l ambassadrice américaine demande à l’artiste contemporain le plus cher du temps, Jeff Koons de réaliser une œuvre pour la France en mémoire des victimes des attentats. Koons imagine un bouquet de tulipes d’acier intitulée Miss liberty, en souvenir du cadeau de la France à NewYork, la célèbre porteuse du flambeau de la liberté d’Auguste Bartholdi.

Mais comme dans les contes, le cadeau est empoisonné, il va coûter 3 millions d’euros à la ville de Paris…..

L’artiste voulait la place de Tokyo. Ce sera finalement dans les jardins du  Petit Palais.

Fin de l’histoire après l’utile pétition de Stephane Corréard , directeur du salon Galeristes contre « ce champion de l’art industriel, spéculatif et spectaculaire. » “Ce n’est pas parce qu ‘il est le plus cher qu’ il est le meilleur”

Ce contenu a été publié dans Agenda. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *