Une vie sauvage vraiment très sauvage

vie sauvage Paco et Nora se sont rencontrés, aimés et mariés dans un camp de hippies au fin fond de la province française. Ils vivront en marge de la société de consommation et des villes où tout est carré et froid…Deux enfants plus tard, Nora s’enfuit, son rêve n’aura pas résisté à la dureté des hivers et à leur pauvreté. Mais elle s’enfuit chez ses parents avec les fils de Paco. Ce dernier ne le supporte pas et enlève ses fils dix années durant.

Le film est une histoire vraie des années 70. C’est en réalité le drame du divorce avec des enfants déchirés qui prennent vingt ans en une seconde, quand leurs parents se séparent. Marrant , pas un critique n’évoque le mot. 2ème étonnement, le film s’achève sur 3 miracles, une rencontre avec un prêtre dans une église où la haine est anéantie par l’amour, où le pardon va l’emporter sur la vengeance. Vous découvrirez les 2 autres.

Pas une critique n’évoque ce miracle dans le cinéma français.

Pas de romantisme sur la vie des baba cools français, pas de paysages illuminés par une jolie lumière, rien qui ne vienne diminuer la tragédie, celle des enfants qui partent volontairement avec leur père mais à qui leur mère manque terriblement. Dans les beaux quartiers comme chez les hyppies les enfants ont ce même regard triste. Seuls moments humains, les scènes d’entraide pour protéger ces 3 hors la loi, poursuivis par la police. Le réalisateur Cédric Kahn dirige parfaitement Mathieu Kassovitz, Céline Salette et les enfants. Allez vîte le voir, ce film ne fait pas partie des films poussés par la grosse critique !

Anne Brassié

Ce contenu a été publié dans Agenda, Sur les écrans. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *