Le temps des imposteurs

Les romanciers sont quelque fois infiniment plus libres que les historiens. Pourquoi Autant en emporte le vent et le Docteur Jivago sont ils toujours des succès mondiaux? Parce que ces romans disent la vérité charnelle de ces guerres, guerre de Secession et Révolution russe . Parce que l’idéologie en est bannie. Jean Luc Gendry raconte la dernière guerre sur six volumes. Le dernier est consacré à 1944. Grâce à son âge, il a connu la plupart des protagonistes.Il a approfondi toutes les archives possibles sans a priori et comme c’est bizarre! il  a trouvé des documents que les historiens n’avaient pas trouvé jusqu’ à aujourd’hui.

Le héros Nicolas Tavernier est un jeune homme brillant, major de Normale, ami des écrivains, journaliste et rédacteur des discours du Maréchal Pétain, jusqu’en 42 . Après il est employé partout en France pour prévenir, guérir , éviter un certain nombre de drames de l’époque. On le voit ainsi en Haute Savoie expliquer en vain à Tom Morel qu’il admire, que son action aura des conséquences sanglantes, les Allemands élimineront son groupe et que les rouges espagnols qui mettent le pays en coupe réglée ne sont pas là pour sauver les français mais pour développer le communisme.

Le second héros plutôt négatif est De Gaulle qui dira au Général Odic” Ne le dîtes jamais, ne l’avouez jamais mais l’armistice était inéluctable.” On voit d’un côté les fossoyeurs,ceux qui déclarent les guerres, Reynaud, Churchill par pur intérêt personnel, il leur faut briller et donc lever des orages désirés. Et ceux qui font face, qui écopent les voies d’eau et maintiennent le pays en vie.

On entend les conversations des politiques ,Laval qui négocie pieds à pieds, le Maréchal qui assure la pérennité entourés de fonctionnaires petits et grands qui n’ont qu’un seul but: remplir leur devoir d’état et  des journalistes comme  Pierre Brisson, le directeur du Figaro qui avoue qu’il a reçu la consigne fin 44, de ne plus attaquer le parti communiste, des religieux comme certains Jésuites si déconnectés de la réalité qu’ils ont vraiment cru que le temps de la révolution était venu et que le pc apporterait la bonté évangélique  sur terre .Des écrivains vivent devant nous les uns désespérés par l’avenir comme Giraudoux et Anouilh et d’autres excités et ravis comme ce pauvre Mauriac qui, parce qu’il a été méprisé par la bourgeoisie bordelaise soutient les rouges en Espagne et ailleurs, sans imaginer une seconde que si ces mêmes rouges l’avaient rencontré sur leur chemin ils l’auraient écrasé comme un pou  ! L’auteur nous fait sentir la haine qui anime le proçès Pucheu à Alger où le Général a décidé d’éliminer physiquement ou socialement tous ceux qui n’étaient pas derrière lui depuis juin 40 .On entend les honteuses  imprécations des démocrates chrétiens, les listes d’épuration rédigées au plus vîte.Il y a enfin une grande famille ,celle de Charles de Montades entouré de ses très jolies et très actives filles qui vivent dans un château sur les bords de la Loire et l’auteur sait témoigner de la grandeur de ces familles au service de la France, au service des pauvres et des familles de prisonniers.

Cette fresque historique intelligemment découpée en courts chapitres saisit l’esprit et l’âme. Les mythes tombent les uns après les autres. Les imposteurs sont alignés en rang d’oignons. Lisez ce livre et offrez le . Jamais livre n’a été aussi nécessaire.

Pascal Galodé editions

Ce contenu a été publié dans Les émissions d'Anne Brassié. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le temps des imposteurs

  1. Jacques Lapoyade Deschamps dit :

    Excellent commentaire, un tout petit détail: au lieu de “en raison de son âge”, vous auriez pu mettre “grâce à son âge”…
    Bien à vous
    JLD

  2. En effet, ce roman donne sur beaucoup d’événements un éclairage nouveau et révèle les raisons véritables de certaines décisions, les origines de certaines orientations. En outre, à travers l’odyssée de son personnage central, Nicolas Charpentier, il constitue un reportage in vivo particulièrement impressionnant.
    L’auteur a connu personnellement beaucoup de ceux qui avaient les rênes en mains ou qui s’apprêtaient plus tard à les avoir.
    De nombreux dialogues très vivants conduisent ainsi le lecteur dans l’intimité des grands personnages du moment.
    Sur Livres en Famille : http://www.livresenfamille.fr/p5607-jean_luc_gendry_le_temps_des_imposteurs.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *