Sur les écrans La ruée vers l’art

Documentaire sur l’art contemporain, ses stars, ses foires, ses ventes, ce film laisse pantois tellement les sommes d’argent sont colossales et l’escroquerie visible….Les nouveaux chercheurs d’art sont bien plus malins que jadis, ils créent eux mêmes les filons qu’il vont exploiter.  C’est un marché mondial . Dubaï, Hong Kong s’imposent à Venise et Bâle. Des ports francs sont créés pour que ce gros traffic reste discret. Les gros plans de Jeff Koons  et ses homards , Andy Warhol et ses “pissing painting”, Urs Fischer et ses  portraits caviardés de légumes montrent bien que le roi est nu et que personne n’ose le dire. C’est une fantastique bulle spéculative et nous attendons la petite aiguille qui ramènera tout cela à sa juste non valeur. On comprend pourquoi l’économie mondiale marche si mal quand on voit les élites financières placer leurs milliards sur le dos de cochons scribouillés. Les critiques de ce film sont féroces et reprochent aux deux journalistes de ne pas agresser les stars mais elles auraient été foutues dehors par des gros bras! Et nous n’aurions rien vu.

homardLe couple de collectionneurs Rubell, riche de 4000 oeuvres, semble incompréhensible. Nous préférons le mexicain Pérez Simon qui a prêté ses trésors de l’époque victorienne anglaise au Musée Jacquemart André. Un peintre chinois échappe au dégout, Zhang Huan qui peint d’immenses scênes de la vie chinoise avec de la cendre recueillie dans les monastères tibétains. 

Jamais l’argent n’avait été aussi vulgaire. L’ère des Medicis est vraiment très lointaine….cochon

Ce contenu a été publié dans Sur les écrans. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *