Sur les écrans Syngué Sabour, pierre de patience.

La pierre de patience est, selon une légende afganne,une pierre à qui l’on dit tous ses maux tant et si bien qu’à la fin elle se brise en vous libérant de votre souffrance. Ainsi l’héroïne interprétée par la si belle Golshifteh Farahani , raconte à son mari dans le coma, couché chez eux dans Kaboul en guerre sa vie tragique. Petites filles vendues pour payer les dettes paternels, tendresse interdite, mariage forcée, épouse répudiée si les enfants n’arrivent pas, bref  la vie si triste d’un certain nombre de femmes en milieu musulman. Mais le sort vous offre toujours d’heureuses surprises…

Un film  tiré du roman d’ Atiq Rahimi, Prix Goncourt 2008 , aux images superbes, profond, dur particulièrement, la dernière image. Dont le message peut être utile en Occident: n’attendez pas que votre mari soit dans le coma pour lui parler….

Pour adultes.

Ce contenu a été publié dans Sur les écrans. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Sur les écrans Syngué Sabour, pierre de patience.

  1. Un “petit” commentaire au passage, écrit en 2009, que vous trouverez en allant sur cette page : http://olni.over-blog.com/article-l-impatience-de-la-pierre-38291158.html
    Le titre en est : “L’impatience de la pierre”.
    Et que celui qui n’a jamais péché…

  2. Gérard dit :

    C’est la France qui est dans le coma … et qui n’a même pas sa “pierre de patience” … !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *