L’insolence des miracles

Une très belle vidéo en ces temps pourris, trouvée sur le blog de Seraphim.

Ceci n’est pas un roman. Tout y est vrai, même ce qui paraît le plus fou.

Lourdes, en Italie, en Espagne, au Mexique, au Brésil, j’ai enquêté sur les phénomènes les plus extraordinaires, les plus dérangeants, les plus jubilatoires qui soient.

J’ai découvert des personnages inouïs, fauteurs de miracles ou miraculés, souvent confrontés au rejet, à la censure, à la persécution morale.

J’ai reconstitué des situations et des destins qu’on a tout fait pour étouffer. Normal : rien n’est plus insolent qu’un miracle. Il se rit des lois communes, défie les autorités religieuses, provoque les sceptiques…

Quand Emile Zola, voulant démystifier le sanctuaire de Lourdes, choisit sur place deux tuberculeuses mourantes pour en faire les personnages de son roman et assiste, ébahi, à leur guérison instantanée, quand le bouillonnant Padre Pio, suspendu par le Vatican pour imposture mystique, donne la vue à une enfant née sans pupilles, quand une héroïne de la Résistance porte secours à un navire bombardé alors même que la Gestapo la torture dans une prison parisienne, quand une hostie se met à léviter en direct durant une messe télévisée ou prend la forme d’un muscle cardiaque en présence du futur pape François, la raison est en droit de s’offusquer.

D’autant que tous ces cas ont été authentifiés par des témoins, des scientifiques, des historiens, des instruments de contrôle.

Alors… Qu’on ait la foi ou non, le meilleur moyen d’explorer ce qui nous dépasse n’est-il pas de réconcilier sans cesse l’esprit critique et la faculté d’émerveillement ?

Regarder le miracle en face, c’est s’interroger sur soi. C’est remettre en question ses limites. Provocations divines, ou pouvoirs insoupçonnés de l’être humain ?

L’objectif de ce livre n’est pas d’inciter à croire, mais de donner à penser, à réfléchir, à rêver…

Critiques

Le meilleur moyen d’explorer ce qui nous dépasse n’est-il pas de réconcilier l’esprit critique et la faculté d’émerveillement ? Regarder le miracle en face, c’est réfléchir sur soi. C’est remettre en question nos limites. Et si nous étions tous capables d’accomplir des prodiges ?

Rien n’est plus insolent qu’un miracle. Il se rit des lois communes, défie les autorités religieuses, provoque les sceptiques…

Quand Émile Zola, voulant démystifier le sanctuaire de Lourdes, choisit sur place deux tuberculeuses mourantes pour en faire les personnages de son roman et assiste, ébahi, à leur guérison instantanée, quand le bouillonnant Padre Pio, suspendu par le Vatican pour imposture mystique, donne la vue à une enfant née sans pupilles, quand une héroïne de la Résistance porte secours à un navire bombardé alors même que la Gestapo la torture dans une prison parisienne, quand une hostie se met à léviter en direct durant une messe télévisée ou prend la forme d’un muscle cardiaque en présence du futur pape François, la raison est en droit de s’offusquer.

D’autant que tous ces cas ont été authentifiés par des témoins, des scientifiques, des historiens, des instruments de contrôle. Mais relèvent-ils de l’intervention divine ou des capacités secrètes de l’être humain ?

À l’heure où la foi paraît s’incliner devant la peur, Didier van Cauwelaert nous offre, avec cet ouvrage hautement documenté à l’humour percutant, une profonde réflexion et un formidable message d’espoir.
senscritique.com

Didier van Cauwelaert
Romancier, auteur dramatique, scénariste, librettiste, Didier van Cauwelaert cumule depuis ses débuts prix littéraires et succès publics. Souvent qualifié « d’écrivain de la reconstruction », il est l’un des rares romanciers à avoir été adapté au cinéma à Hollywood.

Traduit dans une trentaine de langues, il a publié plus de quarante livres, qui ont dépassé les six millions d’exemplaires.

Ce contenu a été publié dans Agenda, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *