Jeunes catholiques engagez vous jusqu’au bout !

Un jeune homme rencontré cet été au camps Spes de l’abbé Loiseau , curé de Saint François de Paul à Toulon , a écrit ce beau texte.

Jeunes catholiques, engagez-vous jusqu’au bout !

   Le raz de marée de la Manif pour tous et le foisonnement créatif qui l’accompagne ont révélé l’existence d’une jeunesse rebelle et combattive… et catholique. Cette jeunesse ne veut pas en rester là, elle envisage déjà les combats de demain. Mais il faut aller plus loin et devenir de véritables militants politiques, ce qui est « la plus haute expression de la charité » (pape François). Déjà en 1999, Jean-Paul II nous rappelait que « la politique est le champ le plus vaste de la charité et de la solidarité ». Il nous reste tant de parcelles à labourer, ne sommes-nous pas le sel de la terre ?

 

   N’avons-nous pas une Doctrine sociale pour nous aiguiller sur les questions économiques ? N’avons-nous pas une conception du pouvoir, découlant de l’exemple du Christ avec ses apôtres, à opposer  à nos élites corrompues ? Sommes-nous incapables de parler « écologie » alors que nous avons en mémoire l’épopée des moines défricheurs, l’amour de Saint François d’Assise pour les créatures ou les efforts de Benoît XVI pour ouvrir l’Eglise à l’enjeu environnemental ?

N’avons-nous rien à dire sur l’Europe, dont la première unité se manifesta dans les pèlerinages et, face aux égoïsmes nationaux et au péril turc, à l’appel incessant de papes courageux ? Pour nous guider en matière d’immigration, n’avons-nous pas le phare du Bien commun qui, dans l’enseignement de l’Eglise, prima toujours sur la charité dévoyée de clercs mal inspirés ? Et face à la pression démographique de l’islam, allons-nous attendre d’en être réduits à prier dans des catacombes pour réagir ? 

 

Si la loi Taubira donna l’opportunité à beaucoup de faire leurs premières armes dans l’activisme, il faut étendre ce brasier à toute la Cité. Si le mariage a été ouvert aux homosexuels, c’est que nos ennemis ont pu grimper les échelons sans voir leur ascension entravée. « Le mal triomphe par l’inaction des hommes de bien ». La sentence d’Edmund Burke se réalise plus que jamais.

 

   Pourtant, sous l’alibi d’un mysticisme délavé qui cache mal une lâcheté petite-bourgeoise, de nombreux catholiques refusent de se salir les mains pour leur prochain, leurs frères, leur peuple… Ils ont peur de devenir des pourris eux aussi, d’y perdre leur âme. Vous ne voulez pas vous occuper de politique ? D’accord. Mais la politique s’occupe de vous.

 

   Souvenons-nous de la parole du Christ : « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes » (Mt, 10-16). 

À la fois serpents et colombes : voilà notre seule ligne de conduite. Partout où il y a des places à prendre, une chance même infime de gagner et un minimum de marge de manœuvre, nous devons être là : partis et mouvements politiques, conseils de quartier, syndicats, associations de consommateurs, AMAP et structures alternatives de consommation… 

 

   Bien sûr, nous ne sommes pas sûrs de gagner. Mais nous ne l’étions guère plus quand nous sommes descendus dans la rue, et pourtant nous avons semé des graines qui ont germé. Si nous exprimions la même énergie dans des élections locales, où la conquête d’une mairie par des catholiques enracinés offrirait une nouvelle visibilité à nos valeurs, et si 10, 100, 1 000 communes étaient visées par la même volonté, la carte de la France serait ponctuée d’autant de contre-pouvoirs à la folie des puissants qui veulent redessiner les contours de l’humanité. 

   

   Voilà notre programme : reconquête !

 recounquista@gmail.com

 

Ce contenu a été publié dans Chroniques Inactuelles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Jeunes catholiques engagez vous jusqu’au bout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *